• . nos politicars sont loin d etre des mr propres

    nos politicars sont loin d etre des mr propres
    avec leurs directives, je trouve peu d'accords
    toujour plus nous interdire, c est ça leur délire
    j'en pousse des soupirs,et des barriéres;en pensant à l'avenir

    sans art, on nous rentre dans le lard, ça m fout le cafard
    on nous impose des réglements, à s'en tacher de papier buvard
    tout est prohibé, nos crocs en claquent, comme les portes des prisons
    si t es pas dans le politiquement correct, pour la moindre dérivation, c est condamnation


    si tu circules pas dans les clous, on te foutra au caniveau
    des cas sans niveau, tentant de mettre en place un état facho
    les barriéres de plus en plus se ferment, pour respirer faut recourir à l effraction
    plus rien en correlation, des régles en inadéquation

    tel un oiseau, je cherche à dépasser les nuages
    reprendre le gouvernail, ne pas accepter le naufrage
    je tourne dans ma tête sans réussir à m en sortir
    des fois je pleure, en pensant ce qu on laisse aux gosses pour l avenir

    je n en peux plus de ce trop de rigidité, de tous ces gens aux gueules d enterrement
    ils sont conditionnés, faut pas se mentir, des pantins ficelés à un régime décevant
    envie d entendre des rires d enfant, de voir les visages s illuminer
    de bouffer la vie à pleines dents sans m'édenter

    je serai sans doute jamais riche, ça je le sais
    mais ça n' empêche, que cette vie, je veux en profiter
    avec naturel et smile aux lévres, je viens l embrasser
    dans les flammes, je ne me laisserai pas embraser

    les rouages de notre systéme sont rouillés, trop tard pour les réparer
    faut les détruire, por rebatir les bases d'une nouvelle société
    mes idées me ré..voltent à la masse, je crête haute tension à dans mes réflexions rayées
    loin d'être gai, je pagaye, à la recherche de l amare ou je m'accrocherai

    je sais que je ne suis pas une lumiére, mais je veux que mon existence s'étoile
    mare de me noyer dans cette fashocratie, mettant mes droits à poil
    des mots crachés au peuple pour l'embobiner; et perdre fil, sans l aiguiller
    je te dépose ça ,de maniére tout décousue, pour t expliquer que tout ça ça m a troué

    si rien ne change, un jour, tu veras, ça pétera
    de maniére réfléchie ou non, c est l avenir qui le dira
    en attendant je fais vombrir la basse,pour ne plus entendre les rapaces qui me tracassent
    méritent que des bastos au cul, faut s'arranger pour qu ils se cassent

    joyeux pirate, je corse l'air, sabordant les bonnes régles établies
    ma poésie en vagues abonde vagabonde, mon registre est insoumis
    loi de me prétendre messie, juste j en chie, et je veux passer à autre chose
    le présent, doit comme le passé composer, en dehors du morose


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :