• je léve mon ver au plus haut et je l'éclate dans la gueule des collabos

    .
    je léve mon ver au plus haut
    et je l'éclate dans la gueule des collabos
    mes vers, au contraire de moi, vont percer
    attendront pas d'être sous terre pour asticoter

    je me laisserai pas astiquer par des faux as tiquant
    mon jeu, je ne l'abaisserai pas,je m'en branle de leur brelan
    les dés sont lancés, à chacun de prendre ses cartes en main
    si il y a maldone, faut faire avec, vla le brin

    mettons carte sur table, la partie n est pas gagnée
    à tout moment, le game over peut débarquer
    échapper aux jeux truqués est l enjeu
    sinon, on sera mis au tapis par l odieux

    tant pis, c est le seul truc qu on poura encore dire
    j sais bien qu il est trop tardil aurait peut être fallu qu on essaye avant de réagir
    victime et coupable de notre destinée, on en pers nos atouts
    de tréfle, on se torche, à s'en mettre au carreau sentant la bouche d'égout

    ces rats veulent me ronger, en ferais bien un ragout
    pas grave si ils n ont ni saveur ni gout
    l'essentiel, c est de les griller et les voir partir en fumée
    je fus, mais je veux encore être, laisse mon être s exprimer

    sur un fond de basses, j aggrave les graves, dans une folie aigue
    j aiguille vers quoi? bonne question, je ne sais plus
    que ça t ait plu ou déplu c est la même pour moi
    tous pour rien, et chacun pour soi

    je tisse mes vers, comme de la soie
    d'une poésie, qui dans l ironie a foi
    je renie tous classiques, je privilégie l'excentrique
    l écriture intuitive, jeté boulet, c est ca qui m donne la trique

    dans mes couplets, je me fous du conformisme trop laid
    ma démence ment pas, elle veut, au plus loin, les limites pousser
    tel un petit poucet, elle séme des bouts de folie sur la route de la vie
    au fil des ronds points et interdits, elle dévie ou rugit

    à la maniére d un lion face a babylon, j'observe tel un vieux sage
    attendant le bon moment pour débuter le carnage
    ma lutte est pacifique, mais pour avoir la paix, faut d abord régler des hic
    pour l instant le constat est clair, notre devenir carresse l'état critique

    état de non droit, ou l on ne cesse de se prendre des droites
    les politiques des extrémes demeurent gauches, pas du tout adroites
    je sais que la politique, toi aussi ça te tique
    si tu t y intéresses pas, c est comme ça que le pouvoir te nique

    d aprés des censures mes mots dits sont maudits
    ça leur déplait que je me sois construit sans permis
    y a des choses à dire et d autres à taire
    perso, j aime tout faire à l envers


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :